Samira Abbasgholizadeh Rahimi

Étudiante au doctorat en génie industriel à l’Université Laval

J’étudie présentement au doctorat en génie industriel dans le département de génie mécanique à l’Université Laval. Je suis originaire d’Iran. J’ai fait mes études de baccalauréat en génie industriel là-bas. J’ai ensuite choisi de venir étudier au Canada pour mon doctorat. En effet, après avoir terminé mon baccalauréat en 2011, à cause de l’excellence de mon dossier universitaire et de mes publications scientifiques, j’ai pu directement être admise au doctorat en génie industriel à l’Université Laval.

Mon goût pour les sciences m’est venu très tôt. En fait, depuis mon tout jeune âge, j’ai toujours aimé en apprendre et en connaître plus sur les sciences (surtout la physique et la chimie). J’aimais tenter de comprendre comment les choses fonctionnaient et j’aimais aussi essayer de trouver des façons de les améliorer. Au secondaire, j’ai choisi un parcours qui me permettait de faire plus de cours de mathématiques et de sciences parce que j’avais un intérêt pour cela. Pendant ces années-là, j’ai également participé et remporté différents concours scientifiques (par exemple : les Olympiades de chimie Iraniennes où j’ai obtenu la 2e place au provincial ou encore une compétition de nouvelles inventions scientifiques « Khwarizmi Young Researcher Prize » où j’ai obtenu une 4e place).

J’ai eu la chance de grandir dans une famille où cela était encouragé. En effet, mon père et mon frère sont des ingénieurs en mécanique. J’ai donc toujours eu beaucoup d’encouragement et de soutien de la part de ma famille, spécialement de la part de ma mère, quant à mon choix d’étudier en sciences et en ingénierie. Aujourd’hui, même s’ils trouvent difficile que je sois éloignée d’eux, ils continuent à être fiers que j’aie poursuivi mes ambitions et que je réussisse bien dans un domaine qui me passionne.

Le génie industriel est un domaine interdisciplinaire et je crois que c’est pour cela que je l’ai choisi au départ. Au cours de mon baccalauréat en Iran, j’ai travaillé en collaboration avec des étudiants d’autres domaines du génie sur la conception d’un appareil permettant de transmettre électroniquement les signes vitaux des patients directement aux infirmières. J’ai vraiment aimé travailler sur cet appareil et surtout voir que mon travail pouvait avoir un impact direct et important sur l’amélioration des soins de santé. Mon intérêt pour le domaine de la santé m’a donc amenée à poursuivre des études doctorales dans ce domaine. Ma thèse porte plus particulièrement sur l’amélioration de la classification par ordre de priorité des patients en chirurgie et la gestion des listes d’attente pour les salles d’opération. Pour la suite, après mon doctorat, j’aimerais occuper un poste de professeure dans une université et continuer mes recherches dans ce domaine. J’aimerais également travailler en parallèle sur le terrain comme ingénieure industrielle et contribuer directement à l’amélioration des soins de santé.

Je trouve également important de faire la promotion de l’ingénierie auprès des femmes. Dans le monde, nous ne représentons malheureusement que 6% des ingénieurs (tous domaines confondus). À ce sujet, j’ai formé récemment le groupe IEEE-WIE (Women in Engineering) à l’Université Laval avec l’objectif d’inspirer, soutenir, encourager et promouvoir les femmes ingénieures et scientifiques à Québec.

 


Profil mis en ligne: 21-10-2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s