Une carrière en STIM? Est-ce pour moi?

Dans le courant des dernières années, plusieurs organismes québécois se sont dévoués à la promotion du leadership des femmes dans les domaines des STIM, notamment : le Moifem (Mouvement international pour les femmes et l’enseignement des mathématiques); la Chaire CRSNG / Alcan pour les femmes en sciences et génie au Québec; la Chaire Marianne-Mareschal; ainsi que l’AFFESTIM (Association de la francophonie à propos des femmes en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques).

En dépit de tous ces efforts, le nombre d’inscriptions universitaires dans les domaines des STIM en Amérique du Nord aurait diminué chez les femmes de 13% entre 1999 et 2005, principalement dans le domaine des sciences pures (Sévigny & Deschênes, 2007). Les statistiques plus récentes du recensement de 2011 pointent dans la même direction : les femmes sont moins portées vers les carrières en STIM, particulièrement en génie, en mathématiques et en informatique (Hango, 2013).

Figure 1 : Proportion de diplômes universitaires

graph2Source : Statistiques Canada, 2011

Aux États-Unis, la tendance est la même. Les prévisions jusqu’à 2016 indiquent une baisse d’intérêt des filles quant à la poursuite de leurs études vers des domaines liés aux STIM, agrandissant de façon alarmante leur écart avec les garçons (Munce, Fraser, et al., 2012). Ce phénomène suscite encore aujourd’hui l’interrogation de plusieurs experts. Parmi les explications proposées, on évoque notamment : la méconnaissance des professions en STIM; le manque de modèles attrayants de femmes en STIM; et la difficulté des femmes à concevoir leur développement personnel à travers les différents domaines des STIM (Deschênes, 2008).

Pour apporter ta contribution à ce forum, peux-tu nous dire si ces données t’étonnent? À ton avis, quels sont les obstacles à la motivation des filles et des femmes à se diriger vers une carrière en STIM?

 


Pour plus d’informations à ce sujet :

Deschênes, C. (2008). AFFESTIM, son leadership. Dans L. Lafortune, C. Deschênes, M.-C. Williamson & P. Provencher (Éds.), Le leadership des femmes en STIM : sciences, technologies ingénierie et mathématiques (pp.145-160). Québec, Canada : Presses de l’Université du Québec.

Hango, D. (2013). Les différences entre les sexes dans les programmes de sciences, technologies, génie, mathématiques et sciences informatiques (STGM) à l’université.

Munce, Fraser, et al. (2012). Where are the STEM students? What are their career interests? Where are the STEM jobs?

Sévigny, J. & Deschênes, C. (2007). Évolution des effectifs étudiants universitaires au Québec, 1999 à 2005 – Analyse des données du MÉLS. Québec, Chaire CRSNG/Alcan pour les femmes en sciences et génie au Québec et AFFESTIM.

4 réflexions sur “Une carrière en STIM? Est-ce pour moi?

  1. Plusieurs personnes sont intimidées par une carrière dans le domaine des sciences mais je crois que cela est dû à de la méconnaissance face aux différentes possibilités. Il y en a pour tous les goûts!!!!

  2. Je ne suis pas étonnée par ces chiffres. Peut-être que les sciences et les mathématiques sont une tangente plus empruntée par les hommes puisque les stéréotypes sexuels l’orientent de cette façon dès la plus tendre enfance. Certains métiers traditionnellement occupés par des hommes sont maintenant pratiqués par des femmes. Le vent tournera aussi sans doute pour les métiers reliés aux sciences, technologies et mathématiques.

  3. Je suis d’accord qu’il reste une grande méconnaissance des possibilités. J’aimerais savoir combien d’écoles ou d’enseignant(e)s introduisent les différentes disciplines et possibilités de travail dans ces disciplines aux étudiant(e)s avec une emphase que cela est possible pour les filles autant que les garçons (il y a plusieurs modèles féminins, mais peu utilisés). Je suis toujours surprise de voir, surtout les filles, venir dans mon bureau à l’université me disant qu’elles ne savaient pas que la biologie, par exemple, n’est pas seulement reliée à la médecine (et donc seulement la physiologie, le développement ou la génétique humaine). Je sais que c’est la même chose en chimie, etc. Donne-t-on assez d’outils aux écoles pour les aider dans cela? Je pense que nous avons toutes un rôle à jouer.

  4. Pingback: Journée internationale de la fille et journée d’Ada Lovelace | fstim

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s