Étudier en STIM, tout un défi!

Assurer une relève scientifique de qualité est l’une des priorités de notre société. En effet, ce souci est présent depuis plusieurs années, mais encore plus récemment avec l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et des communications. Attirer des jeunes femmes à découvrir l’univers des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM), les amener à voir ces domaines accessibles autant pour elles que pour la gent masculine, à s’y projeter dans l’avenir, à y persévérer, à y diplômer et à y travailler est donc très important.

Les données disponibles montrent qu’en dépit que des étudiantes et des étudiants choisissent ces programmes d’études au cégep et à l’université, plusieurs les abandonnent en cours de route et n’y diplôment pas (30% délaisseraient les sciences dès le collégial et 40% n’obtiendraient pas leur diplôme dans les 6 ans suivant leur inscription à ces programmes à l’université). Une étude menée à l’université Laval entre 2003 et 2005 a montré que 19% des étudiantes et étudiants inscrits dans un programme en STIM avaient déjà abandonné après seulement deux ans (voir figure 1).

Figure 1 : Persévérance des étudiantes et étudiants en STIM 2 ans après leur admission à l’université

graph1Source : Larose et al., 2005

Quelles sont les difficultés rencontrées dans ces domaines d’étude qui les entrainent à abandonner avant d’avoir obtenu leur diplôme? Comment peut-on favoriser la persévérance scolaire en STIM? Les réponses à ces questions sont capitales, car ce n’est pas tout d’attirer les jeunes à étudier dans ces domaines, mais encore faut-il qu’ils y persévèrent si nous voulons augmenter notre relève scientifique au Québec.

Toi qui est en train de lire ce texte, est-ce que tu étudies actuellement dans l’un de ces programmes ou envisages-tu de le faire? Comment vois-tu cette situation? Quelles difficultés rencontres-tu ou crois-tu rencontrer dans ton parcours? Y a-t-il des éléments qui pourraient faire en sorte que tu songes à abandonner tes études? Qu’est-ce qui te permet de persévérer dans ton parcours scolaire?

 


Pour plus d’informations à ce sujet :

Larose, S., Guay, F., Senécal, C., Harvey, M., Drouin, E., & Delisle, M-N. (2005). Persévérance scolaire des étudiants de Sciences et Génie (S&G) à l’Université Laval : Le rôle de la culture, motivation et socialisation scientifiques.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2007). Persévérance et réussite en sciences à l’enseignement supérieur.

5 réflexions sur “Étudier en STIM, tout un défi!

  1. Ce n’est pas tout le monde qui est prêt ou même adapté à faire des études en STIM. Je ne crois pas qu’il faille tant promouvoir ces carrières puisqu’elles sont déjà perçues comme des carrières stimulantes qui font avancer le développement de la civilisation. Il faut par contre se rappeler que certaines personnes, dû à une trop grande insistance sur l’importance des carrières en STIM, ne verront plus les autres chemins d’études de façon valorisante et les percevront comme des sous-métiers. Je parle en connaissance de cause puisque j’ai changé de parcours universitaire et j’ai pris du temps avant d’accepter que même si ce n’est pas directement rattaché à la science, c’est un métier qui vaut la peine et qui est aussi bon qu’être ingénieur ou scientifique en labo.

  2. Il y a longtemps que j’ai fini mon bacc en génie. Mais je me souviens très bien à ma première session d’avoir raté un de mes examens les plus importants, en résistance des matériaux. Je me sentais déjà un peu perdue parce que j’arrivais d’une ville de province pour étudier à Québec. Je me disais que je m’étais trompée, que le genie ce n’était pas pour moi. Puis j’ai compris que je n’étais pas la seule à avoir raté cet examen. J’ai persevéré et ça s’est replacé. Je suis très heureuse aujourd’hui en carrière.

  3. Un peu tard, mais bon…

    Moi, je n’ai pas été en STIM, malgré de très bonnes notes en sciences au secondaires (physique, chimie et bio).

    Tout d’abord, tout ce qui est physique et chimie me paraissait très théorique, avec peu d’exercices pratiques lors des études (et, un lab, ça demeure du théorique puisqu’on sait souvent la réponse recherchée et qu’on contrôle les variables). Biologie n’était pas vraiment sur mon radar et info… disons que j’avais encore en tête l’image du « nerd » qui code dans son sous-sol. Laissée à moi-même, je ne commencerai pas à coder quelque chose. (Cependant, donnez-moi un projet, quelque chose à créer ou corriger, et je vais m’investir.) Je n’avais pas envie d’arriver au cégep ou à l’université et être en compétition avec des gens qui codent depuis des années. Il n’y avait personne pour me dire que la relation humaine est importante en info (car il faut vendre son projet aux décideurs de l’entreprise ou s’assurer qu’on remplit bien la commande), que pas tout le monde arrive en première année d’études avec de l’expérience de programmation, etc.

    Ce n’est qu’après une dizaine d’années sur le marché du travail que je suis retournée aux études en intelligence d’affaires. C’est un domaine qui peut être STIM ou « near STEM » comme disent les voisins du Sud. Le milieu est certainement majoritairement masculin, comme la plupart des domaines STIM.

  4. Je suis étudiante au doctorat à l’Université Laval dans le domaine du génie industriel. Je suis intéressée et je suis heureuse dans le domaine de l’ingénierie, je ne vais pas abandonner, je vais y persévérer. Je pense que le plus grand obstacle que les femmes peuvent vivre est la déception.
    J’ai formé un nouveau groupe récemment: « ULaval IEEE Les Femmes en génie (IEEE WIE) ». La mission de ce groupe est de faciliter le recrutement et la rétention des femmes dans les disciplines techniques. Et à mon avis, une bonne façon de promouvoir la persévérance scolaire est d’avoir des communautés qui ont des activités différentes et continues (dans les universités, les lycées, etc.) afin d’aider et inspirer les femmes à persévérer dans les stim.

  5. Pingback: Journée internationale de la fille et journée d’Ada Lovelace | fstim

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s